AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le canard colvert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loup

avatar

Nombre de messages : 12
Age : 53
Localisation : Les Breuleux
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Le canard colvert   Lun 28 Juin - 19:13

Le canard colvert – Anas platyrhynchos
Ordre : Ansériformes
Famille : Anatidés


le mâle

Le canard colvert mâle a un long corps gris, avec la poitrine brun-lilas. On peut voir un miroir irisé bordé de blanc sur les ailes du mâle et de la femelle, et des plumes recourbées vers le haut sur la courte queue du mâle. Le croupion et les sous-caudales sont noirs. La tête et le cou présentent des plumes vertes irisées, séparées de la poitrine par un collier blanc. Le bec est grand et jaune, et porte un onglet noir à son extrémité. Les yeux sont foncés. Les pattes et les doigts sont rouge orangé. La femelle est plus brune que le mâle, tachetée de chamois, blanc et brun foncé. La face est brun clair avec la ligne noire en travers des yeux. La calotte présente des stries foncées. Les parties inférieures sont claires avec la queue blanchâtre, les sous-caudales claires ainsi que l'abdomen. Le bec est orange ou jaune, avec quelques taches noires au milieu. Les pattes sont rouge orangé.
Le canard colvert est vraisemblablement le membre le mieux connu et le plus répandu de la grande famille des anatidés. Connu, il l’est surtout du fait qu’il se trouve à l’origine de la presque totalité des races domestiques. Les spécialistes sont d’avis que le canard colvert a été probablement le premier à être domestiqué, devenant du même coup le plus ancien oiseau domestique. Des bas-reliefs assyriens représentant cet oiseau ont été découverts, et dans toutes les civilisations d’Asie et d’Extrême-Orient les basses-cours en étaient peuplées.



la femelle

L’espèce ne manque dans aucune région de l’hémisphère boréal. Partout elle abonde : il suffit d’une mare, si petite soit-elle, pour qu’un ou deux couples s’y installent, mais les eaux saumâtres du littoral marin sont soigneusement évitées. En montagne, le colvert colonise les plus petits lacs alpins, jusqu’à plus de 2000 mètres. Sa faculté d’adaptation est incroyable : il se trouve aussi à l’aise dans le nord du Groënland que dans les mares tièdes d’Ethiopie, d’Inde ou de Bornéo. Omniprésent au voisinage de l’eau, le colvert n’est pas aussi abondant en hiver qu’en été. Certaines populations sont plus ou moins sédentaires, alors que d’autres migrent vers le nord au printemps, et en direction du sud en automne ; les distinguer est bien difficile, car rien ne prouve que les colverts qui animent nos lacs en été ne sont pas venus du Midi au printemps, ni qu’ils ne retourneront ensuite ver des cieux plus cléments dès le début des jours maussades d’automne.
En dépit des apparences, le colvert n’est pas si étroitement inféodé à l’eau qu’on le suppose. Il lui arrive en effet de s’éloigner considérablement de son habitat naturel, pour aller pâturer dans les champs cultivés et les prairies sauvages. C’est un végétarien insatiable qui mange feuilles, herbes, graines et bourgeons.
De tous les canards, c’est lui qui niche en plus grand nombre dans nos contrées. Chaque étang, bois, taillis ou même champ de céréales peut être choisi par cet oiseau pour s’y installer et y élever sa progéniture. C’est la cane qui procède à la construction du nid, véritable œuvre d’art, dont le cœur est douillettement garni de fines plumes et de duvet qu’elle a mis en temps considérable à s’arracher du ventre. Ce nis est parfois à même le sol, au centre d’une touffe de graminées, souvent sur des saules têtards, dans des troncs creux, sans que l’on sache ce qui dicte le chois de l’emplacement. Ce canard n’hésite pas non plus à aller en plein centre des grandes villes pour filer le parfait amour sur l’étang d’un parc.


le caneton

Les 7 à 14 œufs que pond la cane sont couvés de 22 à 29 jours, mais la durée d’incubation est peu aisée à connaître car la couvaison ne commence qu’une fois le dernier œuf pondu. Ce système assure l’éclosion simultanée de canetons qui, encore dans leur coquille, commencent déjà à communiquer entre eux et avec leur mère. Des études ont révélé que la couvée se donne littéralement le mot pour rompre les coquilles.
Dès la mi-juin, les colverts gagnent les abris sûrs où ils resteront invisibles pendant leur mue, jusqu’à ce que de belles régimes toutes neuves et sifflant au vent leur permettent à nouveau de voler. Certains vont jusqu’à se cacher au fond des bois ou au cœur de buissons épineux où personne ne penserait les trouver.
Le colvert n’aime pas les passereaux et ne rate aucune occasion d’en saisir un pour l’entraîner au large, le noyer et souvent le manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phenyx
Admin
avatar

Nombre de messages : 3140
Age : 47
Date d'inscription : 12/02/2006

MessageSujet: Re: Le canard colvert   Jeu 1 Mar - 15:04

Wouah,

J'avais pas vu le post.

Merci pour cette superbe fiche.

Je la mettrais en ligne dès que j'aurai reussi à reprendre ce qui est déjà en ligne mais rassure toi tu en sera avisé.

Si tu as un site ou un forum à faire connaitre et une signature particulière place les en réponse afin que je puisse te mettre comme auteur de la fiche sur le site

PS j'aurai néanmoins besoin des sources utilisées pour les textes (ainsi que pour les autres fiches) ainsi que pour les images afin d'être réglo avec les auteurs.

_________________
phenyx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.manimalworld.net
 
Le canard colvert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» canard Colvert
» canard colvert
» canard colvert et canard mignon !
» nid de canard colvert
» Oeuf de canard colvert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM MANIMALWORLD :: PROPO$£Z VO$ FICH£$ :: 

LA FAUN£ A£RI£NN£

-
Sauter vers: